bing
ACTUALITÉS

Un marché de l’investissement dynamique en 2016 et en 2017

Un marché de l’investissement dynamique en 2016 et en 2017

Estimés à 23,6 milliards d’euros en 2016, les volumes d’investissements sont restés élevés sur le territoire français, alors que la croissance économique restait dans le même temps relativement faible (1,1 % contre 3,1 % au niveau mondial).

Les premiers mois de l’année 2017 ont été marqués par la nette reprise de l’activité économique et la filière devrait poursuivre sa dynamique positive. Les mises en chantier de logements collectifs ont progressé de 8,9 % en rythme annuel sur les sept premiers mois de 2017 et les réservations de logements neufs ont augmenté de 5,3 % entre octobre 2016 et octobre 2017.

Comparée à ses voisins européens, la France continue à tirer son épingle du jeu en proposant des investissements de qualité aux rendements certes faibles, mais sûrs. Dans l’ensemble, le marché français se caractérise par une très grande stabilité et une résilience forte dans un environnement économique complexe.

Si la région Île-de-France demeure l’une des premières places mondiales, les opportunités d’investissement y deviennent rares. En cause ? Le prix des actifs, désormais à un niveau incompatible avec des rendements élevés. L’augmentation récente des prix est la conséquence directe des afflux de liquidités provoqués par la politique monétaire accommodante de la Banque centrale européenne (BCE), décidée en 2009 pour lutter contre la crise économique. Actuellement, les investisseurs recherchant des profils de rendements plus élevés vont opter pour l’une des deux options suivantes : soit s’orienter vers d’autres pays européens (notamment Allemagne, Pays-Bas), le continent américain, l’Asie ou encore l’Australie ; soit s’orienter vers des actifs plus risqués mais présentant un potentiel de création de valeur plus fort.

Ces signaux positifs ne doivent cependant pas masquer certaines inquiétudes soulignées par les dirigeants pour 2018, liées notamment à la faiblesse des mises en vente de logement – elles ont diminué de 7,8 % au 3e trimestre 2017 après douze trimestres consécutifs de hausse – aux contraintes budgétaires pesant sur les collectivités territoriales et aux mesures contenues dans la loi de finances 2018 (fiscalité immobilière, réforme des aides au logement…)

Retrouvez l’article original sur : http://fpifrance.fr/sites/default/files/real_estate_and_urban_employment_monitor-2018-ey-palladio-business_immo.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LIRE AUSSI

Afficher tous les articles

VOUS AVEZ UNE QUESTION ?


Appelez-nous Prix d'un appel local depuis un téléphone fixe.

02 23 30 23 31 Prix d'un appel local depuis un téléphone fixe.

Contactez-nous

Prendre rendez-vous