bing
ACTUALITÉS

Rennes veut s’assumer business friendly

Fini de se montrer timides. Place à une communication branchée. Rennes métropole veut accélérer. Et a démarré par une opération de séduction des chefs d’entreprise, au Couvent des Jacobins, ce mardi soir.

Dehors, la tour signal du couvent des Jacobins affiche en grandes lettres lumineuses « Rennes accélère ». À l’intérieur, sur chaque fauteuil du grand auditorium, des sacs siglés « À Rennes, on est business ».

« Le business, c’est les entreprises qui le font »

Pour séduire les chefs d’entreprise, la métropole a fait les choses aux grands, ce mardi soir. Autour de 300 ont répondu à l’invitation.

Venus avec leur liste de course ? Plus de la curiosité. « Le business, c’est les entreprises qui le font, estime Yohann, patron d’une boîte qui conçoit des applications mobiles. Les collectivités ont surtout un rôle de facilitateur et j’attends de voir comment elles peuvent aider. »

« Rennes accélère. » Ainsi été intitulée la soirée organisée par Rennes métropole pour séduire les chefs d’entreprise, ce mardi soir. | Ouest-France

« Des lignes claires, un cap »

Florent Vilbert, directeur de la communication de la French tech Rennes – Saint-Malo, espère, lui, « des lignes claires, un cap ». Parce que c’est flou ? « Il y a beaucoup d’initiatives menées pour les entreprises. Mais c’est vrai que si elles vont dans le même sens, ça aura plus d’effet. »

Un pacte avec les entreprises

Sur scène, Emmanuel Couet, le président de Rennes métropole, va droit au but. Fini pour lui, « la sobriété, la modestie » qui fait qu’on est « moins enclins à dire nos réussites et à faire les choses ensemble ».

Il reconnaît qu’entre élus socialistes et entrepreneurs, les relations n’ont pas toujours été au beau fixe. « Il y a pu y avoir des réticences, des méfiances. Mais le moment est venu au-delà des sensibilités de former un pacte, une alliance entre collectivités publiques et entreprises. »

Emmanuel Couet, président de Rennes métropole. | Ouest-France

« Peut-être ne l’a-t-on pas assez dit et assumé »

Rennes métropole devient business friendly ? « Rennes a toujours été ouvert à ceux qui entreprennent, mais peut-être ne l’a-t-on pas assez dit et assumé. » Tous les signaux sont au vert : « Développement de l’aéroport, métro, ligne à grande vitesse (LGV), couvent des Jacobins, 7 000 emplois créés en 2017… On a une forme d’alignement des planètes. »

Les élus en super VRP

Concrètement ? « Si je vous disais qu’on a créé une structure de plus, je n’aurais pas beaucoup de succès, rigole Emmanuel Couet. C’est le contraire : on veut simplifier. »

Emmanuel Couet annonce donc « une nouvelle communication, moins sage qu’auparavant, qui assume d’être disruptive, décalée et colle mieux aux attentes des entrepreneurs pour nous faire connaître à l’international ».

Les élus en super VRP « des marques Rennes métropole et Bretagne », car ils ne conçoivent pas l’une sans l’autre ? Oui, « nous sommes les entrepreneurs du territoire », opine Loïg Chesnais-Girard, président de la Région.

« Rennes réalise son coming out »

« Rennes réalise son coming out, ajoute Nathalie Appéré, la maire de Rennes. On a souvent été vécu comme une ville timide, timorée, minérale. Je veux qu’on change ce regard. »

Première initiative : la création d’un site Internet, rennesbusiness.com, vantant, notamment à travers de vidéos de chefs d’entreprise, l’écosystème rennais et pouvant servir de « guichet unique aux entrepreneurs » pour entrer en contact avec les collectivités ou la chambre de commerce et d’industrie.

Pour séduire les chefs d’entreprise, la métropole a fait les choses aux grands, ce mardi soir. Autour de 300 ont répondu à l’invitation. | Ouest-France

La méthode Coué… ou Couet ?

Des chefs d’entreprise saluent la démarche : « J’ai eu des moments difficiles ici, avoue Christian Roulleau, président fondateur du groupe Samsic (2 milliards de chiffre d’affaires et 80 000 salariés). J’ai connu l’époque quand l’entreprise et les élus n’étaient pas du même côté. Aujourd’hui, ensemble, il faut mettre en avant nos atouts, le dire, le répéter. C’est la méthode Coué qui nous permettra d’y arriver. » Coué comme Couet ? Rires dans la salle.

Le leitmotiv du logement social ?

Même satisfaction de Valérie Cottereau, PDG d’Artefacto, une start-up fondée en 1998 qui conçoit des outils de communication en 3 D et réalité augmentée : « Je suis contente que le leitmotiv ne soit plus le logement social à Rennes. » Nathalie Appéré défend quand même son modèle rennais : « Il n’y a pas de solidité économique sans solidité sociale. »

« Rennes accélère. » Ainsi été intitulée la soirée organisée par Rennes métropole pour séduire les chefs d’entreprise, ce mardi soir. | Ouest-France

« Nos carnets de commandes sont pleins »

Satisfait aussi d’Hervé Kermarrec, président de l’Union des entreprises d’Ille-et-Vilaine (UE35) : « Enfin un projet économique pour la métropole. C’est un vœu qu’on formulait depuis longtemps. L’aboutissement d’un travail initié il y a un an sur l’attractivité et la compétitivité. Aujourd’hui, avec la LGV, on devient presque la banlieue de Paris. Nos carnets de commandes sont pleins et on a du mal à recruter. Il faut favoriser l’accueil de nos cadres et salariés. »
Retrouvez l’article original sur : https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/economie-rennes-veut-s-assumer-business-friendly-5548874

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LIRE AUSSI

Afficher tous les articles

VOUS AVEZ UNE QUESTION ?


Appelez-nous Prix d'un appel local depuis un téléphone fixe.

02 23 30 23 31 Prix d'un appel local depuis un téléphone fixe.

Contactez-nous

Prendre rendez-vous