bing
ACTUALITÉS
l'engouement des français pour l'immobilier

L’immobilier rennais toujours aussi attractif

Dans les différents quartiers, le nombre de transactions est à la hausse. Mais les prix diffèrent. |

Les notaires parlent d’une année 2017 au beau fixe. Et cette tendance devrait se confirmer dans les prochains mois. L’hyper-centre est toujours aussi convoité par les acquéreurs.

LGV, seconde ligne du métro, centre des congrès des Jacobins : c’est le tiercé gagnant, de l’avis même des notaires qui dévoilaient, hier, leurs bons chiffres pour 2017.

 « Ce sont les trois fantasmes, ceux qui font l’attrait de Rennes en ce moment », résume Matar Charpentier, l’un des professionnels installés sur la place, en ajoutant « Et ces fantasmes se réalisent. Le marché est très dynamique, l’attractivité de Rennes se concrétise aujourd’hui… »

Vu de l’extérieur, il s’agit de puissants messages, qui portent le marché de l’immobilier. Y compris vers des sommets. « Dans certains nouveaux immeubles de l’hyper-centre, à l’architecture emblématique, les prix peuvent atteindre 10 000 € le m2. Mais il s’agit là des extrêmes, ils ne sont pas représentatifs de la réalité. »

Plus de 4 000 nouveaux logements par an

De l’avis même des notaires, la Ville et la Métropole se sont engagées dans une politique ambitieuse, qui voit sortir de terre 4 000 à 4 500 logements par an. Tout en veillant à la mixité sociale. « Dans les nouveaux programmes, il y a toujours une partie d’accession aidée, pour éviter d’exclure des acheteurs. »

Pour autant, ils constatent qu’il est plus en plus difficile, pour des ouvriers ou des employés, d’acheter en coeur de ville. On y trouve plutôt des investisseurs, des catégories sociales aisées ou des retraités qui quittent la périphérie avec des moyens financiers conséquents.

Sans surprise, le centre historique reste le plus recherché. « Dans le secteur du couvent des Jacobins, les prix ne bougent pas encore. Mais ils vont probablement augmenter, au fur et à mesure que les commerces environnants changeront de main. » Le second bijou, difficile à dénicher, c’est la maison ancienne. « Un produit phare, donc rare… »

Francisco-Ferrer, Vern, Poterie, Cleunay, Arsenal-Redon : tous ces quartiers sont également recherchés, aussi bien pour l’achat que pour la rénovation. À des prix plus abordables. Si l’on s’éloigne un peu, que ce soit à la Courrouze et à Baud-Chardonnet, les appartements se vendent bien. « La ville se densifie en hauteur, mais elle évite l’effet corridor grâce à la végétalisation des espaces publics. »

 

Retrouvez l’article original sur https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/l-immobilier-rennais-toujours-aussi-attractif-5513663

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LIRE AUSSI

Afficher tous les articles

VOUS AVEZ UNE QUESTION ?


Appelez-nous Prix d'un appel local depuis un téléphone fixe.

02 23 30 23 31 Prix d'un appel local depuis un téléphone fixe.

Contactez-nous

Prendre rendez-vous