Economie bretonne : une timide amélioration

La Banque de France a dévoilé son bilan 2014 et les perspectives 2015 des entreprises bretonnes. Un situation qui restera tendue.

Pour Jean-François Chaudru, directeur régional Bretagne de la Banque de France, les entreprises bretonnes doivent s’attendre à une année 2015 encore difficile. Même si quelques petits signes de reprises éclairent un peu le tableau. « Un rebond modéré de l’activité interviendrait dans l’industrie, toutefois insuffisant pour maintenir le niveau des effectifs » explique-t-il.

Il se base sur une enquête annuelle menée par la& Banque de France auprès de 1 527 entreprises des quatre départements bretons représentant 147 400 salariés. Un échantillon jugé suffisamment représentatif. « Dans l’ensemble, 2014 aura été plus difficile que prévu avec une activité qui s’est à nouveau repliée dans l’industrie et la construction ». Les difficultés du secteur automobile y ont contribué significativement. Seuls les services marchands « ont vu leur chiffre d’affaires s’accroître de même que le niveau de leurs effectifs ». Des nuances sont cependant à faire selon les branches de ce secteur.

Pour 2015, dans l’industrie, le rebond attendu, bien que timide, « serait trop modeste pour inverser la tendance de fond négative qui prévaut en matière d’évolution des effectifs salariés ». Donc pas d’embauches en perspective et les intérimaires ne retrouveront pas le chemin des contrats.

Idem pour la construction avec un recul de la production totale en 2014 de 3,6% alors que les prévisions tablaient sur une hausse de 0,6%. Et ce n’est pas le chantier du métro rennais qui va permettre de redresser la situation. « Un nouveau ralentissement est attendu, accompagné d’un effritement des effectifs ». Restent les secteurs marchands dont l’activité devrait ralentir, tout en gardant une toute petite croissance des effectifs mais avec des investissements toujours en baisse.

Le plus préoccupant reste la baisse globale des investissements qui sont, entre autres, des leviers de reprise.

Article © Ouest-France – 06/02/2015