BRETAGNE – Un marché du logement neuf contrasté

À l’initiative de la FPI (Fédération des Promoteurs Immobiliers) de Bretagne, depuis 2 ans, l’association Oréal (Observatoire Régional Analytique du Logement) collecte des informations détaillées auprès d’une cinquantaine d’acteurs de la filière. « Nous voulions nous doter d’un outil d’observation fine, permettant à tous ceux qui sont concernés par la production du logement en Bretagne » expose-t-on à Oréal. Ainsi, avec la Sté Adéquation, leader français de l’observateur des marchés en habitation, Oréal présente chaque trimestre des chiffres représentatifs de 80% du marché breton.

À suite d’une année 2010 favorable, en 2011 les ventes de logement neuf ont diminué globalement de 23%. C’est à Vannes (-38%) et à Rennes (-27%) que la baisse est la plus sensible. Quimper et Brest en revanche ont fait un bond spectaculaire avec respectivement +88% et +32% des ventes.

L’année 2012 s’annonce d’ores et déjà difficile avec un recul d’environ 25% en moyenne, du principalement à la baisse des avantages fiscaux côté investisseurs et à l’augmentation prévisible des taux d’intérêts côté particuliers.

Un autre problème devient crucial : la disponibilité du foncier, en effet une pénurie se dessine à long terme et la concurrence s’accroît notamment entre zones urbaines et agricoles.

(d’après un article de Jean-Laurent Bras paru dans Ouest-France – Édition de Rennes le 02 mars 2012)