URBANISME : Les écoquartiers à la peine

Issus du Grenelle de l’environnement les écoquartiers ont pour but de rendre la ville moins polluante, plus agréable à vivre et favorisent la mixité sociale. L’État est parvenu à sensibiliser les collectivités grâce à deux palmarès en 2009 et 2011. L’année dernière 400 projets ont été présentés mais seuls une vingtaine ont été récompensés. Pour les grandes entreprises de bâtiment le concept permettrait d’accélérer le renouvellement urbain tout en favorisant l’expérimentation de nouvelles technologies. Pour les collectivités c’est la possibilité de de mettre en valeur des territoires difficiles.

« Beaucoup de projets peinent à passer les études, car on vise trop d’objectifs à la fois et les surcoûts s’additionnent. Pour progresser, il vaudrait mieux concentrer les efforts en passant par une expérimentation ambitieuse et bien définie » indiquent les experts d’un grand opérateur public de la ville. « Il faut départager de bon grain de l’ivraie » explique Franck Faucheux, spécialiste de l’aménagement au ministère du développement durable. Pour cela, le ministère a édité une grille de lecture en 20 points à l’attention des aménageurs, mais celle-ci doit être complétée par un label de qualité adossé à des indicateurs communs qui seront testés sur une douzaine de quartiers courant 2012.

En conclusion « Les écoquartiers ne suffiront pas à atteindre les objectifs de la ville durable, mais c’est un moyen d’encourager l’innovation ».

(d’après un article de Matthieu Quiret paru dans Les Echos du 18 janvier 2012)