Ille-et-Vilaine – Réforme des collectivités : un cap important

Michel CADOT, Préfet d’Ille-et-Vilaine a présenté officiellement le 29 décembre dernier les solutions qui répondront aux exigences de la loi du 16 décembre 2010 portant sur la réforme des collectivités territoriales. Cette loi implique que toutes les communes devront s’intégrer dans une intercommunalité en respectant une continuité géographique. Le dispositif dans son ensemble sera effectif en 2014 avec des étapes intermédiaires en 2012, 2013 voire 2014 selon l’entrée en vigueur des différentes mesures. À terme le nombre de communauté de communes passera de 29 à 26.

Dès à présent grâce à une procédure appelée « adhésion-retrait » les communes pourront rejoindre la communauté de communes de leur choix. Ainsi au 1er juillet 2012 Piré-sur-Seiche rejoindra le Pays de Châteaugiron, et Laillé Rennes Métropole, une solution sera également trouvée pour mettre en place une continuité territoriale afin que la commune du Verger puisse également rejoindre Rennes Métropole en créant un corridor sur les communes de Bréal-sous-Monfort et Talensac.

2013 verra l’adhésion de Dinard à la communauté de communes de la Côte d’Emeraude, St-Brieuc-des-iffs, Les Iffs et Cardroc intègreront quant à elles le Pays de la Bretagne Romantique. Langan, Romillé, La Chapelle Chaussée, Miniac-sous-Bécherel rejoindront Rennes Métropole.

En 2014, à l’Est, la « fusion-extension » du Pays Guerchais et de la Communauté d’agglomération de Vitré devrait être effective après une consultation d’ici juin 2013, ce qui permettrait à Rannée et Bais de rejoindre ce nouvel ensemble.

À l’Ouest, ce sont les Pays de St Méen et celui de Montauban qui fusionneront en 2014 pour pour former celui de Montauban-Saint-Méen-le-Grand qui accueillera les communes de Irodouër et Saint-Pern, achevant ainsi la dissolution du Pays de Bécherel.

Reste le cas de Guipry et Messac, faisant partie respectivement des communautés de Pripriac et de Moyenne Vilaine Semnon : les habitants seront consultés par réferundum en 2012 sur un projet de fusion et choisiront alors à quelle communauté de communes ils seront rattachés. De ce fait Saint-Malo-de-Phily pour des raison de continuité territoriale ne pourra choisir son rattachement qu’après la décision de ses voisines.

(d’après un article de Muriel Mandine et Stéphane Vernay paru dans Ouest-France, Édition de Rennes du 5 janvier 2012)

Lire l’article complet sur Ouest-France.com
S’informer sur la Réforme des collectivités territoriales